TUMEUR CARCINOÏDE APPENDICULAIRE RÉVÉLÉ PAR UN SYNDROME DE PÉRITONITE AIGUE

RÉSUMÉ

Les tumeurs carcinoïdes sont des tumeurs neuroendocrines se développant fréquemment aux dépens des cellules entérochromaffines du tube digestif. Elles siégeant préférentiellement dans l’iléon, le rectum, l’estomac et l’appendice. Le plus souvent asymptomatiques, et donc de découverte fortuite per opératoire, ou plus rarement révélées par un syndrome carcinoïde clinique. Nous rapportons un cas de carcinoïde de l’appendice diagnostiqué histologiquement sur une pièce d’appendicectomie de principe réalisée après laparotomie chez un patient présentant un tableau clinique de péritonite aigue ; suivi d’une revue de la littérature.

Mots clés : chirurgie, appendice, Syndrome carcinoïde ; Tumeur carcinoïde

PERFORATION TRAUMATIQUE ISOLÉE DE LA VÉSICULE BILIAIRE

RÉSUMÉ

Introduction : L’atteinte isolée de la vésicule biliaire lors d’un traumatisme abdominal contondant est rare. Nous rapportons un cas de perforation isolée de la vésicule biliaire consécutive à un traumatisme fermé de l’abdomen suivi d’une revue de la littérature.
Observation : Il s’agissait d’un élève de 25 ans admis aux urgences du CHU Point G pour douleurs abdominales 3 jours après un accident de la circulation routière avec traumatise fermé de l’abdomen. L’évolution 12 heures après son admission était marquée par l’installation d’un syndrome franc de péritonite aigue ayant motivé une laparotomie d’urgence ayant conduit à la découverte d’une perforation vésiculaire avec fuite biliaire. Le traitement a consisté à une cholécystectomie.
Conclusion : la perforation vésiculaire bien que rare, est possible dans les traumatismes abdominaux contondants. Des lésions minimes peuvent guérir sans complications, d’autres même graves donnent des manifestations tardives aggravant le pronostic.

Mots clés : traumatisme contondant, abdomen, vésicule biliaire, perforation isolée

HERNIE D’AMYAND À GAUCHE, UN TYPE DE HERNIE PEU COMMUNE : À PROPOS DE 4 CAS

RÉSUMÉ

Introduction : La présence dans un sac herniaire inguinal gauche d’un appendice sain ou pathologique est un type rare de hernie d’Amyand.
Objectif : Rapporter notre expérience sur la prise en charge de cette pathologie rare, à travers la description de ses aspects épidémiologiques, cliniques et thérapeutiques.
Observation de cas : Il s’est agi respectivement de quatre (4) nourrissons d’âge compris entre 41 jours et 24 mois et tous de sexe masculin. Ils ont été admis aux urgences chirurgicales pour tuméfaction inguino-scrotale gauche douloureuse associée à des vomissements d’abord alimentaires puis bilieux notés chez deux patients. La symptomatologie évoluait depuis 24 heures en moyenne. L’examen clinique a permis de conclure à une hernie inguino-scrotale gauche étranglée. En per opératoire, nous avons retrouvé dans le sac herniaire un caecum et appendice d’aspect sain. Nous avons donc effectué une appendicectomie, une réintégration du caecum et une fermeture du canal péritonéo-vaginal chez tous nos patients. Les échographies faites en post opératoire n’ont pas permis de retrouver chez tous nos patients un situs inversus ou une malrotation intestinale. Les suites opératoires etaient simples sur un recul de 6 mois au moins.
Conclusion : Devant une hernie inguino scrotale gauche étranglée, il faut penser à une hernie d’Amyand à gauche bien qu’il soit rare. Une prise en charge précoce permet, d’éviter l’évolution vers des complications et d’améliorer le pronostic.

Mots clés : appendicectomie, diagnostic, hernie d’Amyand, hernie inguino-scrotale

INVAGINATION INTESTINALE AIGUE SUR TUMEUR CHEZ L’ADULTE : A PROPOS DE 5 CAS AU CHU KARA (TOGO)

RÉSUMÉ

L’invagination intestinale aiguë correspond à la pénétration d’un segment intestinal dans le segment sous-jacent, par retournement en doigt de gant. Elle réalise un tableau d’occlusion intestinale aiguë par strangulation. Les auteurs rapportent cinq cas d’invagination intestinale aigüe sur tumeur chez l’adulte. Les patients étaient constitués de trois femmes et de deux hommes. Les manifestations cliniques étaient aptypiques dans tous les cas. Un seul patient a pu réaliser le scanner permettant de faire le diagnostic. Le diagnostic a été peropératoire dans les autres cas. Une laparotomie avait été réalisée chez tous les patients permettant de faire une résection carcinologique. Les suites opératoires ont été simples. Seuls trois patients dont les pièces opératoires ont fait l’objet d’une étude histologique faute de moyens financiers.

Mots clés : invagination intestinale aiguë, adulte, tumeur, échographie, scanner, histologie, Togo.

Sommaire des derniers numéros du journal

SOMMAIRE Vol 21 (1)

Articles originaux EPIDEMIOLOGIE DESCRIPTIVE DES CANCERS DIGESTIFS AU BURKINA FASO. A PROPOS DE 2536 CAS. N ZONGO et col CANCERS DIGESTIFS CHEZ L'ADULTE AU CNHU-HKM DE COTONOU DE 2011 À 2015 : ASPECTS ÉPIDÉMIOLOGIQUES, CLINIQUES, PARACLINIQUES ET THÉRAPEUTIQUES. DG...

SOMMAIRE Vol 1 2016

SOMMAIRE Articles originaux PRISE EN CHARGE DES PLAIES COLIQUES AU CHU DE BOUAKE. M TRAORE et coll PRISE EN CHARGE DES VOLVULUS DU GRELE (VG) AU SERVICE DE CHIRURGIE GENERALE DU CHU ARISTIDE LE DANTEC DE DAKAR. AO TOURE et coll HERNIES INTERNES DE L'ABDOMEN : ASPECTS...

Nos dernières publications

TUMEUR CARCINOÏDE APPENDICULAIRE RÉVÉLÉ PAR UN SYNDROME DE PÉRITONITE AIGUE

RÉSUMÉ

Les tumeurs carcinoïdes sont des tumeurs neuroendocrines se développant fréquemment aux dépens des cellules entérochromaffines du tube digestif. Elles siégeant préférentiellement dans l’iléon, le rectum, l’estomac et l’appendice. Le plus souvent asymptomatiques, et donc de découverte fortuite per opératoire, ou plus rarement révélées par un syndrome carcinoïde clinique. Nous rapportons un cas de carcinoïde de l’appendice diagnostiqué histologiquement sur une pièce d’appendicectomie de principe réalisée après laparotomie chez un patient présentant un tableau clinique de péritonite aigue ; suivi d’une revue de la littérature.

Mots clés : chirurgie, appendice, Syndrome carcinoïde ; Tumeur carcinoïde

PERFORATION TRAUMATIQUE ISOLÉE DE LA VÉSICULE BILIAIRE

RÉSUMÉ

Introduction : L’atteinte isolée de la vésicule biliaire lors d’un traumatisme abdominal contondant est rare. Nous rapportons un cas de perforation isolée de la vésicule biliaire consécutive à un traumatisme fermé de l’abdomen suivi d’une revue de la littérature.
Observation : Il s’agissait d’un élève de 25 ans admis aux urgences du CHU Point G pour douleurs abdominales 3 jours après un accident de la circulation routière avec traumatise fermé de l’abdomen. L’évolution 12 heures après son admission était marquée par l’installation d’un syndrome franc de péritonite aigue ayant motivé une laparotomie d’urgence ayant conduit à la découverte d’une perforation vésiculaire avec fuite biliaire. Le traitement a consisté à une cholécystectomie.
Conclusion : la perforation vésiculaire bien que rare, est possible dans les traumatismes abdominaux contondants. Des lésions minimes peuvent guérir sans complications, d’autres même graves donnent des manifestations tardives aggravant le pronostic.

Mots clés : traumatisme contondant, abdomen, vésicule biliaire, perforation isolée

HERNIE D’AMYAND À GAUCHE, UN TYPE DE HERNIE PEU COMMUNE : À PROPOS DE 4 CAS

RÉSUMÉ

Introduction : La présence dans un sac herniaire inguinal gauche d’un appendice sain ou pathologique est un type rare de hernie d’Amyand.
Objectif : Rapporter notre expérience sur la prise en charge de cette pathologie rare, à travers la description de ses aspects épidémiologiques, cliniques et thérapeutiques.
Observation de cas : Il s’est agi respectivement de quatre (4) nourrissons d’âge compris entre 41 jours et 24 mois et tous de sexe masculin. Ils ont été admis aux urgences chirurgicales pour tuméfaction inguino-scrotale gauche douloureuse associée à des vomissements d’abord alimentaires puis bilieux notés chez deux patients. La symptomatologie évoluait depuis 24 heures en moyenne. L’examen clinique a permis de conclure à une hernie inguino-scrotale gauche étranglée. En per opératoire, nous avons retrouvé dans le sac herniaire un caecum et appendice d’aspect sain. Nous avons donc effectué une appendicectomie, une réintégration du caecum et une fermeture du canal péritonéo-vaginal chez tous nos patients. Les échographies faites en post opératoire n’ont pas permis de retrouver chez tous nos patients un situs inversus ou une malrotation intestinale. Les suites opératoires etaient simples sur un recul de 6 mois au moins.
Conclusion : Devant une hernie inguino scrotale gauche étranglée, il faut penser à une hernie d’Amyand à gauche bien qu’il soit rare. Une prise en charge précoce permet, d’éviter l’évolution vers des complications et d’améliorer le pronostic.

Mots clés : appendicectomie, diagnostic, hernie d’Amyand, hernie inguino-scrotale

INVAGINATION INTESTINALE AIGUE SUR TUMEUR CHEZ L’ADULTE : A PROPOS DE 5 CAS AU CHU KARA (TOGO)

RÉSUMÉ

L’invagination intestinale aiguë correspond à la pénétration d’un segment intestinal dans le segment sous-jacent, par retournement en doigt de gant. Elle réalise un tableau d’occlusion intestinale aiguë par strangulation. Les auteurs rapportent cinq cas d’invagination intestinale aigüe sur tumeur chez l’adulte. Les patients étaient constitués de trois femmes et de deux hommes. Les manifestations cliniques étaient aptypiques dans tous les cas. Un seul patient a pu réaliser le scanner permettant de faire le diagnostic. Le diagnostic a été peropératoire dans les autres cas. Une laparotomie avait été réalisée chez tous les patients permettant de faire une résection carcinologique. Les suites opératoires ont été simples. Seuls trois patients dont les pièces opératoires ont fait l’objet d’une étude histologique faute de moyens financiers.

Mots clés : invagination intestinale aiguë, adulte, tumeur, échographie, scanner, histologie, Togo.

ANOPLASTIE DE SARAFOFF DANS LE TRAITEMENT DES STÉNOSES ANALES SECONDAIRES ET DE L’ECTROPION

RÉSUMÉ

Objectif : décrire notre expérience sur la prise en charge de la sténose anale et de l’ectropion muqueux par la technique de Sarafoff.
Patients et méthodes : Il s’agit d’une collecte rétrospective entre 2006 à 2018 à l’hôpital national de Niamey. Etaient inclus les patients opérés pour sténose anale non tumorale par la technique de Sarafoff.
Résultats : au total, six patients dont cinq femmes et un homme. L’âge moyen était de 31,7±9,3 ans. Un antécédent d’hémorroïdectomie était retrouvé dans 5 cas. Le délai écoulé entre l’hémorroïdectomie et l’anoplastie variait de 4 à 48 mois. La douleur anale était consante et cinq avaient une dyschésie et une constipation. Une association de sténose et d’ectropion de la muqueuse anale était notée dans 5 cas. La prise des laxatifs était retrouvée dans 5 cas. La durée moyenne séjour était de 11,5±2,66 jours. La durée moyenne de cicatrisation était de 5,16±1,83 semaines. Au plan évolutif, les résultats étaient jugés bons pour cinq patients sur six.
Conclusion : La sténose anale associée ou non à un ectropion est une complication rare et grave de l’hémorroïdectomie. Sa prise en charge par l’anoplastie de Sarafoff demeure une technique simple avec un bon résultat.

Mots clés : sténose anale, ectropion, hémorroïdectomie, Sarafoff.

Nos dernières vidéos

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.